“Solo : A Star Wars Story”, une nouvelle partie de la saga

“Solo : A Star Wars Story”, une nouvelle partie de la saga

juin 1, 2018 0 Par Barbara

Du réalisateur Ron Howard, “Solo : A Star Wars Story” arrive sur nos écrans avec Alden Ehrenreich de Hail Caesar dans le rôle du jeune homme qui allait devenir le cow-boy de l’espace préféré de tous.

Vous êtes-vous déjà demandé comment Han s’est fait appeler Solo ?  Comment Han a-t-il rencontré Chewbacca ? Lando Calrissian ? Et comment a-t-il eu le Faucon du Millénaire ? Si votre réponse à ces questions est “oui”, alors le film est définitivement pour vous. Le jeune Han (Ehrenreich) est une sorte de figure d’Oliver Twist, une fripouille souriante qui vole des trucs et rêve de s’échapper d’une planète de raffinerie appelée Corellia. Dans les dix premières minutes, il y a un combat, une poursuite et Han s’échappe. Mais il est malheureusement séparé de jeune amour Qi’ra (Emilia Clarke).

L’histoire de Han Solo

Han se joint au Service Impérial pour devenir pilote, mais il est rétrogradé dans l’infanterie pour insubordination et se retrouve dans la boue profonde d’une planète éloignée. Ce qui semble en fait très bien avant que la ruée narrative incessante ne nous fasse avancer. Ensuite, Han s’est lié d’amitié avec Chewbacca et a intégré avec une bande de hors-la-loi dirigée par Becket et Val. Ayant quitté la planète de boue, nous plongeons ensuite dans le braquage d’un train dans les Alpes.

Howard fait bouger les choses au fouet, comme s’il voulait finir le film sous douze parsecs. Mais paradoxalement, la vitesse n’est pas synonyme d’excitation. Trop d’essoufflement et nous nous étouffons pour pas grand chose. Le CGI a permis d’enlever les maladresses des séquences et bien qu’il y ait quelques morts au début, il n’y a pas eu assez de temps pour connaître les personnages. Partis sur une autre planète avec Dryden Vos, une autre affaire se prépare.

Cette seconde moitié plus comique est bien meilleure que son prédécesseur, trouvant son rythme et incluant certains des meilleurs gags. Mais une trop grande partie du film ressemble à une page de Wikipedia dramatisée. En joignant tous les points et en mettant en place le spin-off de Boba Fett, cette histoire de Star Wars ressemble beaucoup plus à un petit film de Marvel.

Évaluation du film

Il n’y a pas un seul plan mémorable dans tout le film. Quant à la performance d’Ehrenreich, il est honnêtement difficile à dire à quel point il est bon. Intéressant tout de même pour un film intitulé “Solo”, avec tant de personnages qui grignotent chacun les scènes, il n’a guère de place pour briller. En fin de compte, “Solo : A Star Wars Story” justifie ce que disait le vieux châtaignier : “Qui a tiré le premier ?. Certaines questions sont meilleures sans réponse.