Deadpool 2 : C’est comme s’il n’était jamais parti

Deadpool 2 : C’est comme s’il n’était jamais parti

mai 31, 2018 0 Par Barbara

2018, l’année de Marvel il semble avec Black Panther, et Avenger Infinity War éclatant le box-office. Le mercenaire à la bouche bien pendu est enfin de retour, Deadpool a émerveillé tout un public après deux ans d’absence sur l’écran.

Deadpool, la suite

Faire la suite d’un film qui a donné le coup d’envoi d’un soulèvement des super-héros n’est pas une tâche facile. Tant d’attentes, tant de pression mais Deadpool a su satisfaire ses fans avec cette mémorable suite. L’idée centrale de l’histoire est bien en dessous du premier film. Peut-être qu’en tant que public, nous savons maintenant à quoi nous attendre cette fois-ci. La dernière fois, l’humour de Deadpool, ses actions sanglantes remplies de cascades étaient de nouvelles expériences pour les cinéphiles. Cette fois-ci, c’est à peu près la même chose, mais le film essaie d’emprunter de nouvelles voies.

Les changements majeurs de l’histoire

L’histoire de Wade dans ce film est beaucoup plus sérieuse que celle du premier. Même si les enjeux étaient encore indéniablement élevés dans la première partie du film, tout semble plus sérieux. Mais alors qu'”Avengers : Infinity War” est tombée dans des moments de comédie, dans des chutes parfaitement chronométrées. Deadpool 2 restreint la comédie autour de l’intrigue sérieuse, quand le côté de l’histoire cède la place à de nombreuses blagues perverses, des références parodiques et des moments d’intimité maladroits entre Wade et d’autres personnages de l’histoire.

Aussi croustillants qu’amusants, il y a tellement de moments de rire dans ce film que vous oublierez complètement qu’il y a même une histoire là-dedans. Une scène particulière impliquant Cable et Deadpool étant nus est aussi hilarante que larmoyante. Une scène que vous pourriez regarder vingt fois et rire encore comme un fou.

Ce qu’il faut en retenir

Deadpool 2 montre une fois de plus au monde que c’est un rôle que Ryan Reynolds est né pour jouer. Si j’avais la moindre chose négative à dire, je dirais que le film a cruellement manqué la touche dorée de Tim Millers. C’est triste d’apprendre qu’il a quitté ce projet très tôt et qu’il y a un trou palpable là où se trouvait sa magie. Le style visuel n’est pas terrible, mais les séquences d’action et la façon dont le film est tourné sont tellement différentes de la première. Il n’y a pas de quoi se plaindre, mais un peu de magie s’est perdu là-dedans, c’est sûr ! Ce n’est pas aussi ludique ou aussi fou dans la façon dont il est tourné.