La créatrice de mode Silvia Ulson accusée de plagiat

La créatrice de mode Silvia Ulson accusée de plagiat

juillet 20, 2018 0 Par Exclusif People

La marque de maillots de bain Bfyne a accusé la créatrice de mode brésilienne, Silvia Ulson, de plagiat après qu’elle ait présenté sa dernière collection de maillots de bain à Miami Swim Week le 12 juillet.

Un représentant de Bfyne a déclaré que la dernière collection d’Ulson avait une ressemblance assez frappante avec sa propre collection «Sahara» de 2017 inspirée de la culture nigérienne.

Il a déclaré que leur but est d’apporter du sexy à l’imprimé dashiki et de changer la façon dont cette dernière était perçue, pour finalement la transformer en un modèle unique.

Un dashiki est un pull souple qui provient de l’Afrique de l’Ouest. Il sert également de tunique confortable pour les hommes. De plus, il est reconnu comme étant un trait distinctif et unique de l’Afrique. Il a ajouté que le dashiki fait parti de leur culture et que leur mission est de montrer cela à travers le design de leur collection de vêtements.

Pour référence, vous pouvez voir l’un des costumes de Bfyne à gauche, et celui d’Ulson à droite. La seule différence est qu’Ulson à accompagner sa tenue d’une coiffures à plumes.

Ressemblance des maillot de bain

La ressemblance des maillots de bain de Bfyne et Ulson est bien fondée. Non seulement les impressions sont presque identiques, mais les coupes semblent également être les mêmes.

L’équipe de Bfyne était complément sidéré en voyant une autre créatrice présentant leurs répliques pendant la Miami Swim Week. De plus, la styliste brésilienne à revendiquer  en affirmant que ces maillots était sa propre création.

Le représentant a porté plainte à Ulson en ajoutant que les coiffures à plumes sur les mannequins lors du défilé étaient destinées à tromper les gens. Il a ajouter que cela a été fait pour donner une impression et un design d’inspiration américaine.

Dans le cadre de sa présentation, la styliste brésilienne a partagé des images inspirantes sur Instagram qui ont été retirées depuis. Les photos montraient des échantillons de couleurs, des détails sur les perles et des images de peuples indigènes du Brésil portant des coiffures traditionnelles.

Selon Ulson, les Indiens utilisaient la peinture corporelle comme moyen d’expression lié aux différentes manifestations culturelles de leur société. Pour chaque événement, il y existe un type de peinture spécifique : le deuil, la chasse, le mariage et la mort. Tous les rituels indigènes sont exprimés sur leur corps sous forme de peinture. En plus de cela, c’est la forme d’expression artistique la plus importante des Indiens. La peinture est faite d’urucum (une plante rouge), de jenipapo (un fruit brun) ou de babaçu (un palmier brésilien).

Le post d’Ulson montre aussi des images de sa rencontre avec des individus de la tribu Krukutu.

Le représentant de Bfyne a dit qu’ils ont découvert la collection d’Ulson via le réseau d’Instagram, et qu’ils ont été alertés par des modèles présents à l’exposition d’Ulson. De plus, il a également déclaré qu’un autre membre de l’équipe Bfyne s’est rendu à Miami pour rencontrer Ulson. Cette dernière a prétendu que les dessins étaient son propre travail sans s’excusé du malentendu.