Le Japon a exécuté l’ancien chef du culte Aum Shinrikyo

Le Japon a exécuté l’ancien chef du culte Aum Shinrikyo

juillet 6, 2018 0 Par Barbara

Ce vendredi dernier, Le Japon a exécuté  l’ancien chef d’une secte apocalyptique et six autres membres du groupe Aum Shinrikyo. Ils on perpétré une attaque au gaz sarin dans le métro de Tokyo en 1995, tuant 13 personnes et brisant le mythe de la sécurité publique du pays. En plus, l’attaque a blessé au moins 5 800 personnes, dont certaines de manière permanente. Le culte Aum Shinrikyo ou culte de la vérité suprême Aum est un mélange de la méditation bouddhiste et hindoue avec des enseignements apocalyptiques. Il est à l’œuvre de la mis en scène d’une série de crimes, y compris des attaques simultanées au gaz neurotoxique en question.

Ces terroristes de l’Aum Shinrikyo méritent-ils d’être exécuté?

Le ministre de la Justice, Yoko Kamikawa, a énoncé les noms des sept membres lors d’une conférence de presse et a déclaré que ce qu’ils avaient fait était “extrêmement atroce”. Il a affirmé que ces crimes ont plongé la société dans une peur mortelle non seulement au Japon, mais aussi dans d’autres pays.

Shoko Asahara - Aum Shinrikyo

Chizuo Matsumoto, le chef de la secte qui s’appelait Shoko Asahara, a été le premier à être pendu. L’annonce des autres pendaisons s’est poursuivie tout au long de la matinée. Ensuite, les membres de la famille des victimes d’agression ont exprimé leur soulagement. Comme Shizue Takahashi, dont le mari était un ouvrier du métro est mort après avoir retiré un paquet de sarin dans un train, qui a déclaré que cette peine de mort est juste. Les parents de son mari et les siens étant déjà morts, elle ajoute que ce serait regrettable de ne pas avoir entendu la nouvelle de cette exécution.

Les exécutions sont rares au Japon, mais les enquêtes montrent que la plupart des gens sont favorables à la pendaison. Cependant, l’Amnesty International a déclaré que la justice exige des comptes ainsi que le respect des droits civils. Hiroka Shoji, chercheuse du groupe en Asie de l’Est, a exprimé dans un communiqué que l’exécution ne devrait jamais être appliquée car c’est le déni ultime des droits de l’homme.

Un groupe de citoyens réclamant l’abolition de la peine de mort a déclaré que la décision du Ministre va à l’encontre de la tendance mondiale. Depuis, certains Japonais s’inquiète de la vengeance. Comme M.Chie, qui a publié sur son compte Twitter, craignant que les anciens disciples de Chizuo le déshonorent et ne fassent quelque chose. Il insiste qu’il rester vigilant pendant un certain temps.

Les Rituels du secte et leur armes

Matsumoto, 63 ans, un professeur de yoga pudgy, partiellement aveugle, a été condamné à la pendaison en 2004 pour 13 accusation, y compris les attaques au gaz du métro et d’autres crimes qui ont tué au moins une douzaine de personnes.

Il a plaidé non coupable et n’a jamais témoigné, mais a murmuré et fait des remarques incohérentes devant le tribunal pendant les huit années de son procès. La sentence a été confirmée par la Cour suprême en 2006.
Au total, 13 membres de la secte ont été condamnés à mort au cours de plus de 20 ans de procès, qui ont pris fin en janvier 2018.

M. Asahara, fondateur de la secte Aum en 1987, a déclaré que les États-Unis attaqueraient le Japon et en feraient un désert nucléaire. Il a également dit qu’il avait voyagé dans le temps jusqu’en 2006 et qu’il avait parlé aux gens à l’époque de ce qu’avait été la Troisième Guerre mondiale. À son apogée, la secte comptait au moins 10 000 membres au Japon et à l’étranger, y compris des diplômés de certaines des meilleures universités japonaises.

Certains adhérents vivaient dans un complexe communal qu’Asahara a établi au pied du Mont Fuji, où le groupe pratiquait ses enseignements, ses rituels bizarres et rassemblait un arsenal d’armes – y compris du sarin. Le culte a également utilisé ce gaz toxique en 1994, en le libérant dans le centre de la ville de Matsumoto pour tenter de tuer trois juges chargés de l’affaire du métro.

Cependant, cette attaque n’a pas réussi à tuer les juges, mais a tué huit autres personnes et en a blessé des centaines d’autres.